”Herby, le jazz et la musique haïtienne”


Note de l’éditeur :

Je m’en voudrais de ne pas joindre ma voix a celle de Roland Léonard pour rendre hommage a ce vieux lion qu’est Herby Widmaier .J’ai eu l’honneur et la chance de rencontrer Herby dans mon jeune age, quand je n’étais que l’éditeur téméraire de l’hedomadaire Inter-Jeunes en Haiti, a une époque ou les jeunes journalistes téméraires de mon acabit finissaient toujours par se retrouver soit a Fort Dimanche, soit au cimetiere de Port-au-Prince comme Gasner Raymond et Ezekiel Abellard…Quand Herby me recevait dans son bureau a Radio Métropole, je trouvais toujours choquant qu’il me traitait d’égal a égal comme si j’étais de son age, de sa fortune et de son monde ! Je n’avais que 18 ans et  Herby, le PDG de Radio Métropole, me donnait de son temps,m’encourageait en soutenant Inter-Jeunes avec une publicité a $100 dollars le mois pour la station qui n’ avait absolument pas besoin de notre publicité, a une époque ou un professeur d’école primaire touchait $60 dollars le mois ! Voila la dimenssion d’un homme et voici le souvenir qu’il m’a laissé. Peut-etre qu’Herby ne se souvient pas de moi, mais moi je me souviens de lui.


                                                                                                                      kgp


Par Roland Léonard

Témoin ou acteur de plus de soixante ans de bouleversements de notre musique populaire – la danse urbaine et commerciale ou la chanson – initiateur au même titre qu’Issa-el-Saieh des courants “jazz” et “jazzy” en Haïti, il est un homme: Herby Widmaier.

Cet hommage de l’excellent cinéaste Arnold Antonin, largement mérité, ne vient pas trop tôt.

Ce nouveau documentaire conçu et réalisé avec l’adresse et le talent remarquables du réalisateur nous parle donc de celui qui a longtemps été considéré comme étant la plus belle voix de la chanson haïtienne, toutes catégories confondues, voix masculine s’entend.

Jazzfan et jazzman, arrangeur-compositeur, harmoniste pointu et moderniste convaincu, auteur, interprète de goût, disponible et généreux, passionné et fou d’électronique, bricoleur en diable, technicien du son et de l’enregistrement …, la liste de ses aptitudes est non exhaustive.

On devrait y ajouter ce don naturel faisant généralement la vanité, l’envie ou la jalousie des mâles: séducteur irrésistible et choyé par la gent féminine; sympathique bon vivant … C’est trop pour un seul homme! Et pourtant, on le dit timide.

Mais revenons à la musique. Pour tout résumer, Herby Widmaier a été au coeur, à l’avant-scène ou dans l’ombre de beaucoup de changements ou d’événements. Progressiste, pédagogue informel et hors pair, il a canalisé les goûts de beaucoup de musiciens populaires, jeunes et vieux, et de simples mélomanes ou auditeurs, vers la modernité mélodique et harmonique. Il est l’un des pionniers des jeunes et naissantes industries phonographiques et discographiques haïtiennes. Il a enregistré beaucoup d’artistes.

Herby Widmaier a côtoyé des musiciens célèbres comme Issa-el-Saieh, Guy Durosier, Joë Trouillot, Wébert Sicot, Nemours Jean Baptiste, Budd Johnsonn, Billy Taylor, Alphonse “Chico Simon”, Serge Lebon, Roland et Raoul Guillaume, Ernst “Nono” Lamy, Raymond “Ti-Roro” Baillargeau, Ferdinand Dor, Gérard Dupervil, les membres du “Jazz des-jeunes”, Richard Duroseau, Boulo Valcourt, Frantz Courtois, Alix “Titte” Pascal, Fritz Joassaint, José Tavernier, Serge Simpson, Bebo Valdez, Gérald Merceron, Jacquy Duroseau, Carlos Ramirez, Lionel Volel … et j’en passe. Ses émissions radiophoniques “Rideau s’il vous plait!” ou “Music from ten ou eleven” sont restées dans les mémoires. La passion du jazz côtoie chez lui l’amour de la musique brésilienne élaborée: samba et bossa-nova.

Voilà donc cet homme, raconté par beaucoup de ces musiciens et témoins cités un peu plus haut, dont spécialement: Raoul Guillaume, Boulo Valcourt, Frantz Courtois, Pierre Blain, Emerante Despradine, Daniel Marcelin, narrateur visible et “voix-off”, Joë Damas, Richard Widmaier, Mushi Widmaier, Joël Widmaier, Albert Chancy, Délano Morel et moi-même, Roland Léonard, votre serviteur, qui suis un admirateur inconditionnel de ce monstre sacré.

Avec toute sa science et sa technique de cinéaste et de documentaliste, Arnold Antonin replace ce grand artiste, ses amis, témoins, collatéraux et contemporains, dans le contexte sociopolitique des défuntes années 40, 50 et 60, archives cinématographiques et images à l’appui. Archives sonores également.

Beaucoup de chansons d’époque ou propres à Herby Widmaier illustrent le film: “Choucoune”, “Haïti”, “Pirouli” de l’ensemble Issa-el-Saieh; “Fan m peyi’m”, “Demain Marie” de l’auteur-compositeur; “Ti Flè” de Frantz Courtois interprétée par son ami, “Arrawak dance” extrait de “My World” de Mushi Widmaier, etc.


On retiendra deux images, deux scènes pour mieux dire, concluant ce documentaire: Herby Widmaier chantant “Fanm peyi m” accompagné par Réginald Policard au clavier et de Joël Widmaier à la batterie; Richard Duroseau, showman extravagant, comique et désopilant à l’accordéon, au Parc Historique de la Canne à Sucre.

Du travail bien fait. A voir absolument.

Roland Léonard
                                        Cliquez sur la fleche pour jouer la video

                        
 
 
 
Follow us on Twitter @haitiinfos1804

Join our circle at plus.google.com/haitiinfos

Send  your articles, jokes, press releases and personal stories to
haitiinfos1804@gmail.com
 
 
 
Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *