Calixte Valentin écroué au Pénitencier national


Arrêté pour le meurtre d’un commerçant à Fond Parisien, le conseiller politique du président Martelly est actuellement écroué au pénitencier national. Son dossier a été acheminé au cabinet d’instruction. Calixte Valentin est temporairement suspendu de ses fonctions au Palais national. La Présidence se dit très concernée par les accusations dont fait l’objet Calixte Valentin. Conseiller politique du chef de l’Etat, M. Valentin serait impliqué dans l’assassinat, mercredi dernier, du commerçant Octanol Dérissaint dans la zone de Fond Parisien. En attendant que lumière soit faite sur les circonstances entourant cet incident, « la présidence informe que M. Valentin est temporairement suspendu de ses fonctions ». Dans une note de presse publiée ce lundi, le bureau de communication a lancé « un appel au calme à la population de Fonds Parisien et à la famille de la victime en particulier ». 

Encourageant le recours au dialogue et à la justice pour la résolution de différends, la Présidence rappelle son intention de travailler à « l’instauration d’un État de droit dans le pays ». 

Dans l’intervalle, le dossier de Calixte Valentin est transféré au cabinet d’instruction pour les suites que de droit. « Nous avons pu donner un traitement célère à cette affaire en respectant le délai légal », se félicite le commissaire du gouvernement de la Croix-des-Bouquets, Me. Mario Beauvoir. « Il revient maintenant au doyen du tribunal civil de remettre le dossier à un juge instructeur », a précisé le chef du parquet de ce ressort. 

Calixte Valentin a été appréhendé suite aux accusations des habitants de Fond Parisien. Il lui est reproché d’avoir abattu de plusieurs balles, Octanol Dérissaint, un commerçant de 32 ans. Quelques minutes avant cet incident, le conseiller politique du chef de l’Etat avait eu une vive discussion avec la victime et d’autres commerçants à la frontière de Malpasse. 

Dans sa note de presse, la Présidence n’a donné aucune précision autour de la présence quotidienne de son conseiller à la douane de Malpasse. Selon Jean Norlex Volcy, le président du syndicat des chauffeurs haïtiano-dominicains, M. Valentin faisait ombrage au responsable de la douane. « Il gardait même les clefs des barrières et insultait les chauffeurs ». Ce qui n’est pas du ressort d’un conseiller politique de la Présidence. 

Intervenant dans la presse peu avant son arrestation, vendredi, Calixte Valentin avait reconnu avoir tiré des « coups de feu en l’air ». Il essayait de sortir « d’une embuscade à Fond Parisien ». 

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *