Musique : Hommage a Webert Sicot



Webert Sicot
(1930: Port-au-Prince – 1985: Port-au-Prince)

  Le destin a voulu que Nemours et Sicot s’en aillent vers l’au delà à la même année, après avoir à eux deux fait danser tout le pays.

Saxophoniste génial, multi-instrumentiste, sans doute le plus doué de sa génération, si ce n’est pas de son pays. Cet incomparable musicien s’est frayé très tôt un chemin dans le music-hall local après avoir été formé par l’un des plus célèbres musiciens de l’époque Augustin Bruno, surnommé «le manchot des Casernes Dessalines» qui fut à un moment en charge de la Centrale des Arts et Métiers où Webert s’est initié à la musique de même que son frère Raymond.

Muni d’une formation musicale adéquate, ce musicien dans l’âme faisait déjà entrevoir les signes d’un génie qui allait tôt ou tard exceller. Ainsi, on le trouva dès l’adolescence rouler sa bosse dans l’entourage des musiciens les plus expérimentés. Entre autres, l’incontournable François Guignardqui était le grand manitou avec lequel la plupart des novices faisait leur début. Et c’est encore le pèreFrançois qui recommanda l’adolescent Webert ainsi que son frère Raymond à Claudin Toussaintqui les embaucha afin de rallier son «Jazz Capois» du Cap, où Webert entama sa carrière de musicien professionnel.

Puis s’ensuivent de petites navettes entre «Jazz des Jeunes» et «L’orchestre Saieh», attendant son heure d’être un membre à part entière de l’un de ces groupes. Il a eu quand même l’opportunité d’enregistrer au moins un disque avec le second. Dans ces incessantes mutations, il est repéré au sein du «Conjunto international», sous la conduite de son aîné et futur compétiteur, Nemours Jean Baptiste avec qui une sublime rivalité va changer, dans peu de temps, le cour de la musique de danse urbaine. Avec à la clef, une solide amitié qui s’étendra jusqu’à leur mort.

On prétend qu’au stade de leur collaboration, le virtuose Sicot a eu le temps de prodiguer quelques secrets de sax au chef d’orchestre Nemours. Après son départ du “Conjunto”, il s’est fait un peu remarquer avec «l’Orchestre Citadelle». Par le temps où il faisait des “stints” pour l’Orchestre du «Casino International», Sicot savait assez les dessus et les impondérables du show-biz haïtien, pour devenir le capitaine de son propre navire. De fait, au début des sixties, il s’allia à son frère Raymond, profitant de la désintégration de «l’Orchestre Latino», duquel il fit appel à la plupart des membres pour former «La Flèche d’or» des Frères Sicot (Raymond & Webert) et dont le premier hit: paré du refrain: “Nou pral danse nan Paladium, les frères Sicot”, fut une sorte d’introduction de ce nouveau né, installé au Club Palladium à Bizoton.

Cependant, la collaboration des frères Sicot fut de courte durée, lorsque Raymond préféra aller muter ailleurs. Mais, plus déterminé que jamais, Webert voulait coûte que coûte prendre part au festin musical qui se faisait sous la forme d’une concurrence musclée entre le «Jazz des Jeunes» et «l’Ensemble Nemours Jean-Baptiste». Et se sentant de poids à participer à l’aventure, il se lança sans retenue à l’attaque contre la bande à Nemours Jean Baptiste dans le morceau: “Sispan ‘n voye Tach“. Puis, apportant sa propre saveur, Sicot élabora une variante de la “méringue haïtienne”, avec son Kadans Ranpa, fort de sa vitesse d’exécution et une approche rythmique complexe demélodies et contre mélodies émaillée de modernité, grâce aux instruments amplifiés.

–>


La concurrence de ces deux rythmes (Konpa et Ranpa) devint le point culminant du music-hall haïtien, lorsque les deux maestros tournaient la musicalité en une aréne tapageuse, au comble de polémiques spectaculaires. Mais là, ce n’était que le côte du business, car, en fait d’ingéniosités, il n’y avait de personnages plus excentriques. Spécialement, Webert Sicot, saxophoniste virtuose et suprême, avec ses solos magiques, ses improvisations lumineuses, un jeu fulgurant, et une exubérance bon enfant tout en se servant du sax comme un joujou épatant, jusqu’à emboucher deux à la fois pour les jouer simultanément, de son style singulier et inimitable toujours en soliste incomparable.

Instrumentiste multiple, il jouait aussi de la flûte, la trompette, le tambour, la guitare, la basse, le trombone à coulisse et saxes: alto, ténor et baryton. Exigeant, il s’entraînait parfois à l’aide d’une serviette, avec laquelle il obstruait l’embouchure du sax et en y mettant tout son souffle. Et que dire de ce phrasé mélodieux et de ce vibrato expressif qui lui faisaient rythmer même les ballades. Prince du sax, Webert Sicot était aussi l’ultime “showman” qui charma son sax jusqu’au délire. Pas étonnant qu’il fut l’une des grandes figures de la musique contemporaine.

Expert en combines, Sicot, qui voyageait très souvent à l’extérieur avec son orchestre, s’arrangea un beau jour avec des médecins qui désiraient quitter le pays pour les aider à prendre le large, à une époque où “Papa Doc“, le vieux dictateur, interdisait à ceux-ci d’émigrer. C’était vers les années 1968 et la nouvelle vague mini jazz commençait à s’installer confortablement. Et, sentant tourner le vent, Sicot qui était passé comme le roi du carnaval laissait le pays furtivement, alors que ses fans, la mort dans l’âme, attendaient indéfiniment son retour. Il fut bruit que “Papa doc” était prêt à passer l’ éponge, mais le “maestro difficile“, comme l’appelèrent ses inconditionnels, n’était pas disposé à prendre de risque. En s’installant à New York, Sicot continua à cultiver son sax pour un public de cabarets qui goûtait religieusement à cette sonorité et cette virtuosité impeccables. II profita pour assembler son «Orchestre Le Jeune», avec la collaboration des vétérans commeCharles DelvaDuffont Mayala, etc., qui a régalé les mélomanes de Brooklyn et de Manhattan. Puis, il réalisa un disque instrumental de musique intimiste, fait de ballades; “Just for you“, en compagnie de quelques membres de l’«Ibo Combo» de New York dont le talentueux Gaguy Dépestre à la flûte. On sait aussi qu’il eut l’opportunité d’enregistrer avec le grand orchestre de CBS faisant montre de son génie dans un monde rompu de professionnalisme. 

Il revint en Haïti au milieu des années 1970 pour reformer son orchestre avec lequel il essaya de reconquérir un public qui s’était déjà entiché de drôles de musique. II a aussi participé à une tentative du groupe «Zotobre» de Serge Rosenthal qui n’a vécu que l’espace d’un matin. En 1977, il en profita pour renouer avec l’ambiance du carnaval, prouvant au public qu’il n’avait rien perdu de sa verve. II jouait si éperdument, en arrivant à l’angle des rues Mgr Guilloux et Oswald Durand où sa sœur Paulette tenait une boutique, que dans son engouement de sérénader, il ne s’était pas aperçu d’une branche d’arbre, qui l’éjecta du char, l’envoyant à l’hôpital.

Entre autres petits boulots pour survivre, il réalisa deux ou trois œuvres en solo dont “Webert Sicot, The Greatest“. Et un dernier baroud en commun: “L’union“, avec Nemours, comme pour sceller une épopée qu’ils ont dominé à eux deux. Sans oublier une collaboration remarquée au sein de l’«Orchestre de la Radio Nationale», sous la conduite du maestro Raoul Guillaume. Finalement, un jour, il emmena son fils très malade à l’Hôpital Général, et ne reçut que l’indifférence du personnel, ce qui le mit très en colère. Râpé, cardiaque, Sicot est mort en février 1985 en pleine ambiance carnavalesque. Ce qu’en profita le peuple tout entier pour le remercier dans une atmosphère de festivités dont Sicot fut l’ultime pourvoyeur, avant que la mort vienne briser les ailes de cet oiseau souffleur qui aurait joué jusqu’au dernier soupir.


  (source: Tambours Frappés, Haïtiens campés d’ED R. Sainvill)

Cliquez sur la fleche pour jouer la video

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *