Les Blagues du Vendredi, 20 Décembre 2013






































Nous sommes une semaine avant Noël et le Père Noël se prépare fiévreusement pour la distribution des cadeaux pendant que la Mère Noël ne cesse de le harceler pour aller passer une semaine dans le sud. N’en pouvant plus, le Père Noël lui tend un billet d’avion et lui dit:
– Écoute, je n’ai pas le temps d’aller dans le sud. Voici un billet d’avion et vas-y sans moi.

La Mère Noël s’embarque donc seule pour le sud. En débarquant en Martinique, elle tombe sur un beau grand noir bien musclé qui se propose de lui servir d’escorte. Le soir venu, le bel Adonis noir lui propose de la reconduire à sa chambre et ce qui devait arriver arriva. En le déshabillant, Mère Noël constate que l’adonis est aussi un bel étalon qui affiche ses 20 centimètres bien comptés. Elle passe donc la semaine au complet avec lui.

Au moment de reprendre la route du Pôle Nord, elle lui demande:
– Nous avons passé la semaine ensemble mais je ne connais même pas ton nom.
– Vous allez rire, surtout vous la Mère Noël, car bien que je sois noir comme l’ébène, on m’appelle «Neige».

La Mère Noël reprend donc l’avion et rentre au foyer alors que le Père Noël se prépare à faire sa grande tournée. Il lui demande alors:
– Alors, ces vacances au soleil, comment cela s’est-il passé ?
– Ah, ne m’en parle pas. Tu as bien fait de ne pas venir car on a eu 20 centimètres de Neige tous les soirs.


Une femme vient de perdre son mari. A une amie qui lui rend visite, elle confie :

– François était merveilleux, il a pensé à tout. Il m’a laissé trois enveloppes à ouvrir après sa mort.
Dans la première il y avait deux mille dollars avec ce mot : pour la messe et les fleurs.
Dans la deuxième il y avait trois mille dollars avec ce mot : Pour le cercueil en acajou.
Dans la troisième il y avait dix mille dollars avec ce mot : Pour la pierre.

Elle tend la main vers son amie et lui montre sa bague :
– Qu’est-ce que tu penses du diamant ?…


Au cours d’un séminaire médical, un médecin homme repère un médecin femme. Ils font connaissance, et elle accepte un rendez-vous pour un dîner au restaurant en tête-à-tête.

Au restaurant, avant de s’asseoir à la table, elle s’excuse pour aller se laver les mains aux toilettes. Après le dîner, elle s’excuse à nouveau pour aller se laver les mains.

La soirée se poursuit dans un bar branché de la ville, puis le médecin homme convainc le médecin femme de le suivre dans sa chambre d’hôtel. Avant de se laisser aller à leurs pulsions sexuelles, la femme s’excuse pour aller se laver les mains une fois encore… et puis ils y vont !

Quand ils ont terminé, la femme se lève en disant qu’elle va se laver les mains. Lorsqu’elle revient, le médecin homme lui dit :
– Je parie que tu es chirurgien !

La femme lui confirme qu’il a raison et lui demande comment il sait ça.

Alors le gars répond :
– Facile, tu es toujours en train de te laver les mains.

Alors la femme dit :
– Et bien moi, je parie que tu es anesthésiste !

Le gars répond :
– C’est vrai ! Comment tu as deviné ?
– Parce que je n’ai rien senti !…

Le patron d’un bar situé en face d’un cimetière fait poser une pancarte à l’entrée de son établissement indiquant « On est bien mieux ici qu’en face ! » pour distraire ses clients.

Et en effet cela fait bien rigoler les habitués du troquet.

Le curé du village supplie le tenancier de retirer sa pancarte, mais en vain.

Quelques jours plus tard, on peut lire sur une pancarte à l’entrée du cimetière : « Les gens d’ici viennent d’en face »…

 

Il fait déjà nuit.
Tout le monde dort sauf un cambrioleur qui s’introduit sans bruit dans une luxueuse propriété qu’il croit vide.

Il brise une vitre avec dextérité et se dirige tout droit vers la pièce où, d’après ses sources, se trouve le coffre-fort familial.

A ce moment là, il entend derrière une voix étrange qui dit :
– Tu devrais faire attention, Dieu et Jésus t’observent.

Terrifié, le cambrioleur se retourne alors et distingue dans la pénombre une cage d’oiseau avec à l’intérieur un perroquet. Soulagé, le personnage mal intentionné répète :
– Alors comme ça, Dieu et Jésus me regardent ?
– Oui, ils te regardent en ce moment, répond le surprenant volatile.
– Comment t’appelles-tu ?, réplique le cambrioleur.
– Je m’appelle Nazareth, répond l’oiseau.

L’homme éclate de rire et dit :
– Quel nom ridicule, quel est l’idiot qui a pu te donner un nom pareil ?
– C’est le même idiot qui a baptisé le pitbull Dieu et le rottweiler Jésus….


C’est l’histoire d’un couple stérile. Ils ont tout essayé et en désespoir de cause, ils se décident à consulter un grand spécialiste américain.

Ils se rendent donc de l’autre côté de l’Atlantique. Le problème c’est que le couple ne parle pas anglais et le spécialiste de la stérilité ne parle pas français. Néanmoins, il leur fait comprendre par des gestes qui ne portent pas à confusion qu’ils doivent se mettre au travail devant lui.

Un peu gênés au départ, les deux protagonistes se livrent donc à un ébat sexuel devant le spécialiste mondial des problèmes de fécondité. Il commence alors à inspecter le couple sous toutes les coutures pendant 4 à 5 minutes puis crie STOP !, et il s’engouffre alors dans son bureau et rédige une ordonnance qu’il remet au couple.

Les deux amoureux sont soulagés, certains que le grand professeur a trouvé un remède à leur incapacité folle de procréer.
De retour en France, ils s’empressent d’aller à la pharmacie et monsieur demande :
– Je voudrais du Trytheotherhole s’il vous plaît.
– Pardon ? Lui répond la pharmacienne.
– Ben oui, du Trytheotherhole comme c’est marqué sur l’ordonnance !
– Faites voir. demande la pharmacienne. Ah! je vois, vous avez mal lu, c’est écrit en anglais TRY THE OTHER HOLE, traduction (essayez l’autre trou)…

 

Un jour, un homme rentre du travail pour trouver le chaos qui règne à la maison.

Ses enfants, encore en pyjama, jouent dans la boue du jardin. Sur le gazon, tout autour de la maison, il y a des cartons de repas congelés et des boîtes de jus de fruits par terre.

Quand il entre dans la maison, c’est encore pire :
La vaisselle sale est éparpillée dans toute la cuisine, le repas du chien est renversé sur le sol, la vitre est brisée et traîne par terre sur une grande surface. Il y a du sable sur le carrelage, sur la table de la cuisine et les meubles. Dans la salle de séjour, il trouve des jouets, des vêtements et une lampe renversée.

A ce moment, l’homme a très peur qu’un malheur ait touché sa femme. Il se précipite au second étage et là, stupéfait, il trouve sa femme encore en pyjama assise dans le lit en train de lire un livre.

Elle se retourne en souriant et lui demande :
– Comment était ta journée ?
– Mais que s’est-t-il passé ici aujourd’hui ??

Elle lui répond souriante….
– Tu sais, chaque jour en rentrant, tu me demandes ce que j’ai fait durant la journée et quand je réponds que je me suis occupée de la maison et des enfants… Tu me dis : «C’est tout ? »…Eh bien, aujourd’hui, je n’ai rien fait !…

Trois hommes, qui après s’être mariés, et avoir eu des enfants, meurent de façon soudaine. Ils se retrouvent donc tous les trois devant St Pierre qui leur dit :
– Ici, comme le paradis est un immense endroit vous aurez une voiture pour vous déplacer. La marque de la voiture sera en fonction des fois où vous avez trompé vos femmes.

Donc St Pierre ouvre son grand livre et dit au premier homme :
– Je vois que votre réputation de coureur de jupon est vérifiée. Je plains votre femme. Mais comme vous étiez gentil avec elle Dieu vous offre une Renault.

Penaud l’homme part en direction du paradis dans sa Renault.

Alors St Pierre regarde le deuxième homme et dit :
– Vous êtes un peu mieux, vous avez trompé votre femme 2 fois seulement, Dieu vous offre une Mercedes.

L’homme heureux part en direction du paradis avec sa Mercedes.

Alors St Pierre regarde le dernier et dit :
– Alors vous, vous êtes un saint, vous n’avez jamais trompé votre femme, pour vous féliciter Dieu vous accorde une Lamborghini.

L’homme heureux part tout fier dans sa voiture de rêve.

Le lendemain l’homme à la Renault rencontre l’homme à la Lamborghini, celui-ci pleurait comme un enfant sur le capot de sa voiture.

L’homme à la Renault :
– Voyons ! Qu’est-ce qu’il se passe ?

L’homme à la Lamborghini :
– Je viens de voir passer ma femme en trottinette !!!…


Au lever du lit, le premier novembre, le mari empoigne sa femme et embrasse fougueusement ses deux seins…

Sa femme interloquée, lui demande :
– Mais qu’est-ce que tu fais là ?

Le mari :
– Ben quoi… la Toussaint, c’est bien la fête de tous les Seins, non ?

Le lendemain à la même heure et dans les mêmes circonstances, sa femme l’empoigne vigoureusement et lui donne un gros bisou sur son zizi…

Le mari déconcerté, lui demande :
– Mais qu’est-ce qu’il te prend ?

La femme:
– Ben quoi… t’as oublié ???
Le lendemain de la Toussaint, c’est bien la fête des Morts ?……

Sur un vol pour New York, le chef de cabine se dirige vers une femme blonde assise en première classe en lui demandant de se déplacer en classe économique, puisqu’elle n’avait pas un ticket de première classe. La blonde répond :
« Je suis blonde, je suis belle, je vais à New York, et je ne bouge pas ! »

Pour éviter de se disputer avec un client, le chef de cabine fait part de la situation au copilote et lui demande de régler le problème en lui parlant. Il va parler à la blonde, en lui demandant de quitter la première classe. De nouveau, la blonde répond :
« Je suis blonde, je suis belle, je vais à New York, et je ne bouge pas ! »

Le copilote retourne dans le cockpit et demande au capitaine ce qu’il devrait faire. Le capitaine lui répond :
« Je suis marié à une blonde, ne vous inquiétez pas, je sais comment m’y prendre ! »

Il va en première classe, et dit quelque chose tout bas à l’oreille de la blonde. Elle se lève immédiatement et court en classe économique en râlant toute seule :
« Mais pourquoi personne ne m’a rien dit ! »

Surpris, le chef de cabine et le copilote demandent au capitaine ce qu’il a dit pour réussir à la convaincre de changer de siège. Et là il répond :
« Je lui ai dit que la première classe n’allait pas à New York ».

La jeune institutrice donne un cours à ses élèves. Elle écrit tout en haut du tableau en se mettant sur la pointe des pieds car elle a beaucoup de texte à écrire.
A un moment, elle est interrompue par quelqu’un qui pouffe de rire. Rapidement, la maîtresse se retourne et demande :
– Qu’est-ce qu’il y a de drôle, Benjamin ?
– Madame, c’est parce que j’ai vu votre jarretière.
– Sort de la classe Benjamin ! Je ne veux plus te voir pendant trois jours, crie-t-elle.
Puis la maîtresse se remet à écrire.
Mais se rendant compte qu’elle a oublié d’écrire le titre de la leçon, elle se tend jusqu’au plus haut du tableau…
Et elle est interrompue par un gloussement de rire d’un autre garçon de la classe. Toujours aussi rapidement, elle se retourne et demande :
– Qu’est-ce qu’il y a de drôle, Kevin ?
– Heu Madame, j’ai vu vos deux jarretières.
A nouveau l’institutrice se met à crier :
– Sors d’ici Kevin ! Cette fois la sanction sera plus sévère ; je ne veux plus te voir dans cette classe pendant 3 semaines !
Quelque peu énervée et décontenancée, la maîtresse laisse tomber sa craie par terre. Elle se baisse pour la ramasser, et c’est à ce moment qu’un énorme éclat de rire résonne dans la salle.
Elle se retourne vivement et voit que Toto s’est levé pour quitter la classe. Elle lui demande :
– Eh bien quoi Toto ? Où vas-tu ?
– Heu, Madame, je crois qu’après ce que je viens de voir, l’année scolaire se termine pour moi ici……


Le premier sermon

Un jeune curé, très angoissé, est incapable de prononcer un seul mot le jour de son premier sermon.

Le lendemain il va voir l’archevêque et lui demande quelques conseils pour être à la hauteur au sermon du dimanche suivant. L’archevêque lui conseille de se verser quelques gouttes de vodka dans un grand verre d’eau pour se sentir plus détendu.

Le dimanche suivant, le jeune prêtre suit le conseil et réussi à parler sans être paralysé et sans avoir le trac.
De retour à la sacristie, il trouve un lettre laissée par l’archevêque, ainsi rédigée :

«Mon Fils,

La prochaine fois, mettez quelques gouttes de vodka dans un grand verre d’eau et non quelques gouttes d’eau dans la bouteille de vodka.
D’autre part, je tiens à vous faire part des quelques observations suivantes, afin que vous amélioriez encore un peu vos prochains prônes:

1) Il n’est nul besoin de mettre une rondelle de citron sur le bord du calice.

2) évitez de vous appuyer sur la vierge et surtout évitez de l’embrasser en la serrant étroitement dans vos bras.

3) Il y a 10 commandements et non pas 12.

4) Les apôtres étaient 12 et non pas 7 et aucun n’était nain.

5) Nous ne parlons pas de Jésus Christ et ses apôtres comme de « JC & Co ».

6) Nous ne nous référons pas à Judas comme à « ce fils de pute ».

7) Vous ne devez pas parlez du Pape en disant « Le Parrain ».

8) Ben Laden n’a rien à voir avec la mort de Jésus.

9) Les murailles qui se sont effondrées au septième jour ne se trouvaient pas à Mexico mais à Jéricho.

10) L’eau bénite est faite pour bénir et non pour se rafraîchir la nuque.

11) Ne célébrez jamais la messe assis sur les marches de l’autel.

12) Ponce Pilate a dit « vos histoires je m’en lave les mains » et non « vos conneries, je m’en bats les couilles »

13) Les hosties ne sont pas des gâteaux à apéritif à consommer avec le vin de messe.

14) Les pêcheurs iront en enfer et non « se faire enculer chez les Papous ».

15) L’initiative d’appeler les fidèles à danser était bonne, mais pas faire la chenille dans l’église

16) L’homme assis près de l’autel et que vous avez qualifié de « vieux pédé » et le « travelo en jupe » c’était moi.

Sincèrement l’Archevêque.

Join our circle at plus.google.com/haitiinfos
Send  your articles, jokes, press releases and personal stories to
haitiinfos1804@gmail.com
 

 

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *