L’âge d’or du sexe

translation services

 

Non, le désir n’a pas d’âge. Qu’on se le dise. Alors qu’on parle peu, voire pas du tout, des plaisirs de la chair passé un certain âge, voilà qu’un livre-choc nous révèle que non seulement les femmes continuent de s’envoyer en l’air avec les années, mais qu’en prime, plus elles sont âgées, plus elles prennent leur pied. Parce que l’épanouissement, ça vient avec le temps.

Cinq mythes de grand-mère

La Presse -La journaliste américaine Iris Krasnow a interviewé plus de 150 femmes. Des jeunes et des moins jeunes. Elle en a entendu des vertes et des pas mûres. Surprise, les histoires les plus surprenantes viennent précisément des femmes d’âge mûr. Tenez-vous bien: c’est à 70 ans et plus que les femmes se disent le plus satisfaites, comblées, bref, épanouies. Nous avons parlé avec l’auteure de Sex After… pour briser quelques mythes.MYTHE No 1: LA LIBIDO S’ÉTEINT AVEC L’ÂGE

N’en déplaise aux oreilles chastes, le stéréotype de la «petite vieille ménopausée et asséchée à la libido éteinte» est tout faux. Si la réalité est certes bien différente d’une femme à l’autre, il reste que bien des femmes âgées en couple avec «le bon partenaire» (une nuance que l’auteure répète à plusieurs reprises) sont au contraire épanouies comme jamais. «Je n’en reviens tout simplement pas du niveau d’épanouissement, de satisfaction et de confiance que les femmes de plus de 70 ans ont témoigné, en ce qui a trait à leur sexualité.» Verdict: eh oui, «les gens pensent au sexe jusqu’à leur mort!», lance-t-elle. «Je ne dis pas que toutes les petites vieilles se masturbent avec des vibros, mais il se passe bien plus de choses qu’on pourrait croire. Et je crois que c’est une excellente nouvelle!»

«Il n’y a pas de raison que ce soit autrement! Mais le tabou est tellement fort que les femmes elles-mêmes croient à ce tabou. Comme si les femmes avaient l’obligation, avec les années, de ne plus être sexuelles, érotiques et désirables, parce qu’elles ne correspondent plus à quelque chose. Or il y a encore de la vie là-dedans!»

– Jocelyne Robert, sexologue et auteure des Femmes vintage

 

MYTHE No 2: L’APOGÉE SEXUEL DES FEMMES, C’EST DANS LA TRENTAINE QUE ÇA SE PASSE

Autre mythe qui a la vie dure. En fait, la vie sexuelle des femmes évolue grandement avec le temps. Dans la vingtaine, explique l’auteure, la vie sexuelle est plutôt compliquée. «C’est assez mélangeant, on expérimente sans vouloir s’engager.» Arrive la trentaine, avec les relations plus stables, la vie de couple, les enfants, bref, «la vie de fou». Puis la quarantaine, qui s’accompagne souvent d’une crise du milieu de vie, les enfants grandissant, et les couples se brisant. Arrive enfin la cinquantaine, qui amène avec elle une certaine «douceur», «encore une fois, si vous êtes avec le bon partenaire». Pourquoi une douceur? «Mais parce que vous pouvez enfin relaxer! Le nid est vide, peut-être que vous êtes dans une deuxième relation, la vie de fou est derrière vous, vous travaillez moins, il y a comme une urgence de relaxer. Et c’est là que tout à coup apparaît une vie sentimentale délicieusement pimentée.»

«Mais qu’est-ce qu’on entend par épanouissement? Ne nous racontons pas d’histoires. Il ne faudrait pas non plus mettre de la pression aux femmes! On n’est plus à 70 ans dans la quête de performance. J’ai l’impression que la satisfaction à 70 ans vient de cette pression qui est dans le passé.»

– Jocelyne Robert, sexologue

MYTHE No 3: TOUT EST QUESTION DE PERFORMANCE

 

 

Encore une fois, c’est tout le contraire. Les femmes interrogées le confirment. Avec le temps, la sexualité n’est d’ailleurs plus du tout une question de performance, mais plutôt d’intimité, de complicité et de réciprocité. Bonne nouvelle: «Si vous êtes en mesure d’accepter les changements qui s’opèrent sur votre corps, tout est possible sexuellement!»

MYTHE No 4: TOUT A CHANGÉ AVEC LE PORNO

 

En fait, si l’on regarde les besoins primaires des hommes et des femmes, rien n’a changé depuis 1000 ans, croit l’auteur. «Quand on parle d’intimité, d’amour et de sexualité, peu de choses ont changé. C’est très primaire. Les gens veulent aimer et être aimés. On veut tous se sentir unique aux yeux de quelqu’un.» Qu’on ait 20 ou 90 ans.

MYTHE No 5: IL N’Y A PAS QUE LE SEXE DANS LA VIE

Au contraire. L’auteure croit ici que nous devrions tous donner la priorité à notre vie sexuelle, quel que soit notre âge. On court tous tellement, dit-elle, pourquoi se priver? «Le sexe, c’est le fun, pourquoi ne pas en faire une priorité, votre vie n’en sera que plus heureuse, et en plus, vous vivrez plus longtemps!» Parce que, oui, le sexe diminue le niveau de stress, ce qui réduit du coup vos risques de souffrir de maladies du coeur, voire de mourir d’une crise cardiaque. Non, mais, parlez-nous d’une bonne nouvelle!

Des chiffres et des mots

Nous avons parlé à plusieurs femmes de 50, 60, 70 ans. Sans fausse pudeur, ces femmes qu’on croit inactives, à la limite désintéressées, nous ont généreusement parlé, sans tabou, d’un sujet étonnamment peu abordé: leur sexualité. Eh bien, surprise! Non seulement elles sont actives, mais elles sont surtout unanimes: elles sont plus épanouies que jamais.Élisabeth, 70 ans

«C’est peut-être même meilleur qu’à 20 ans, parce qu’on a une certaine maturité […], on est plus sûres de nous […]. Avec mon partenaire, il n’y a pas de barrières à l’âge que j’ai! Plus jeune, on peut avoir peur de ne pas être à la hauteur…»

Danièle, 63 ans

«Je ne me vois pas comme une femme de 63 ans. Et même si mon mari est plus âgé, on se voit comme quand on s’est rencontrés, exactement comme il y a 20 ans. […] Oui, on est beaucoup plus épanouis. Parce qu’on ne se pose plus de question à savoir si on va plaire ou déplaire. S’il faut se maquiller ou pas. Ça passe tout seul. Nous, on a l’impression d’être des gamins. C’est beaucoup plus décontracté. On se connaît, on sait ce qu’on aime ou pas. C’est une soupe merveilleuse. Évidemment, il faut être avec un homme qui a envie de prendre le temps de découvrir sa partenaire. Mais vous savez, je ne retournerais pas du tout à mes 20 ans. J’ai appris beaucoup. […] Et oui, je confirme à 100%, c’est meilleur que tout ce que j’ai connu. On se connaît tellement bien, on n’a pas besoin de faire semblant. On s’endort main dans la main et on se réveille main dans la main.»

Micheline, 68 ans

«Je suis veuve depuis trois ans. Et je pensais que ma vie sexuelle était finie. Mais la solitude m’a pesée et j’ai rencontré quelqu’un de 69 ans. [rires] Oui, l’âge a changé notre corps, biologiquement, mais moi, je suis aujourd’hui moins inhibée que je ne l’étais dans la vingtaine. J’ai pas de scrupule, tout est correct. C’est lui, mon nouveau conjoint, qui m’a rallumée. Il est tendre, il communique, il est affectueux. […] Bien sûr que c’est mieux que jamais, je confirme! Même si j’avais pas mal d’expérience, je me sens plus à l’aise aujourd’hui. En même temps, vous savez, j’ai une collègue mariée depuis 40 ans. Et sexuellement, elle est presque au point mort…»

Nathalie, 50 ans

«Moi, j’ai le meilleur sexe de ma vie! [rires] C’est que je suis dans une nouvelle relation. Je ne suis pas sûre que ce soit seulement à cause de mon âge, mais un mélange de plein de choses. À 50 ans, on est moins complexé, on s’accepte. Et il y a un bien-être qui vient avec ce laisser-aller. On est beaucoup moins dans l’image et on accepte l’autre beaucoup plus. On sait qu’on n’a plus 20 ans, et il y a une libération à ce niveau-là. En plus, du bon cul, on sait qu’on ne rencontre pas ça aux deux jours, donc on vit beaucoup plus dans le moment présent. […] Et ce qui est le fun, aussi, c’est que les gars ont plus d’expérience. Clairement, ils savent ce qu’ils font!»

ACTIFS: 

 

  • 57-64 ans: 73%

83 % des hommes, 62 % des femmes

 

  • 65-75 ans : 53 %

67 % des hommes, 40 % des femmes

 

  • 75-85 ans : 26 %

38,5 % des hommes, 16,7 % des femmes

 

  • Après 75 ans, 50 % des hommes actifs ont de 2 à 3 rapports par semaine.

Source: Des chercheurs des universités de Chicago et Toronto ont sondé 3005 personnes de 57 à 84 ans, en 2007. Les résultats de leur recherche ont été publiés dans le New England Journal of Medicine

C’EST IMPORTANT: 

 

  • 60-69 ans

79 % des hommes, 65 % des femmes

 

  • 70-79 ans

64 % des hommes, 37 % des femmes

Source: Le sexologue de la sexualité Edward Laumann a dirigé une étude en 2001, intitulée Global Study of Sexual Attitudes and Behaviors et portant sur 27 500 personnes de 40 à 80 ans, dans 30 pays.

Cliquez sur la fleche pour jouer la video

 

Join our circle at plus.google.com/haitiinfos

Send  your articles, jokes, press releases and personal stories to

haitiinfos1804@gmail.com

 

 

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *