Brésil 2014 : L’Italie se fait éliminer par l’Uruguay

 

Le défenseur Diego Godin de l'Uruguay festoie après... (PHOTO YASUYOSHI CHIBA, AFP)

Le défenseur Diego Godin de l’Uruguay festoie après avoir marqué le seul but de la rencontre.

Agence France-Presse
Natal

Un éclair dans l’ennui, un but inscrit du dos comme on y plante un poignard: l’Uruguay s’est qualifiée pour les 8e de finale du Mondial-2014 en battant 1-0 l’Italie (1-0), éliminée, mardi à Natal.

La Celeste termine 2e du groupe D et affrontera au tour suivant le 1er du groupe C, la Colombie ou la Côte d’Ivoire. Le Costa Rica, qui avait déjà son billet en poche, termine en tête après son 0-0 face à l’Angleterre, autre victime de renom.

Depuis son titre de championne du monde en 2006, la Nazionale est donc boutée vers sa Botte pour la deuxième fois dès le premier tour, après le fiasco du Mondial-2010. Une nouvelle élimination précoce qui suit pourtant le beau parcours de l’Euro-2012 achevé en finale (0-4 face à l’Espagne).

La Celeste de son côté, demi-finaliste en 2010 et vainqueur de la Copa America 2011, s’extirpe du groupe de la mort au bout du suspense, et son sélectionneur Oscar Tabarez prend une revanche personnelle sur la nation qui l’avait sorti en 8e de finale au Mondial-1990.

Le «Maestro» peut remercier son capitaine Godin, auteur d’un curieux  but du dos sur corner (81e). Le défenseur central, titulaire du brassard depuis la blessure de Lugano, est décidément l’homme des grands rendez-vous après son but à Barcelone qui avait offert le titre de champion d’Espagne à l’Atletico Madrid. Il avait aussi permis à son équipe de mener 1-0 en finale de la Ligue des champions, avant qu’elle ne s’écroule face au Real Madrid (4-1 a.p.).

Marchisio exclu

Un but dur à avaler pour Buffon, exemplaire avec une double parade face à Suarez et Lodeiro (33e) et surtout face au même Suarez qui avait perforé la défense (66e).

Un but plus important qu’esthétique, et qui traduisait finalement bien cette rencontre: le match de la peur est devenu celui de la pétrification, dérogeant à la fête du «futebol» que représente jusqu’à présent le tournoi brésilien. Un match sciant, pas loin de convoquer les mânes du Suisse-Ukraine du Mondial-2006, mémorable sommet de l’ennui.

On pourrait croire que l’arbitre s’ennuyait lui aussi tellement qu’il a décidé de sortir un carton rouge, sévère, pour Marchisio, coupable d’une charge sur Arevalo (60e). C’est là que le match s’est, un peu, emballé, avec davantage de vitesse; que les Uruguayens sont entrés dans le match.

L’Italie avait retrouvé, à l’ancienne, le goût du catenaccio, avec défense à cinq et allant à zéro, un style que Cesare Prandelli s’était efforcé de gommer depuis sa prise de fonctions en 2010. «Pour atteindre l’objectif, il faut une mentalité de vainqueur, nous ne sommes pas capables de descendre sur le terrain pour jouer le nul», avait dit le sélectionneur lundi.

Balotelli fantomatique

Mais le comportement de son équipe a dessiné une volonté d’assurer le nul plus que le spectacle, sachant qu’un nul suffisait à la qualification. Jusqu’à la 81e minute, le technicien avait raison. Le but encaissé sur coup de pied arrêté aura donné tort à cette frilosité qui ne lui ressemble pas.

Le remplacement de Balotelli à la pause avait renforcé cette volonté de verrouillage, même si «Super Mario» a livré une première période fantomatique, le temps d’une frappe écrasée sans conviction (27e) et d’un carton jaune.

La Nazionale a plutôt dominé en première période, mais sur un rythme de sénateur assoupi. Seul Verratti, se permettant quelques crochets malicieux sur son coéquipier parisien Cavani, a secoué les draps, plus que Pirlo, auteur d’un bon coup franc détourné en corner par Muslera (12e).

Les Uruguayens avaient gagné la bataille des tribunes, eux qui chantaient: «Nous redeviendrons champions, comme la première fois», en 1930, à domicile. Puis il y eut le titre de 1950, conquis lors du fameux épisode du «Maracanazo».

Bref, l’Uruguay a gardé son mordant, et son buteur Suarez sa propension à sortir les dents, en les plantant dans l’épaule de Chiellini (80). Un incident qui pourrait coûter cher à ce récidiviste, déjà coupable du fait en Angleterre.

En attendant, c’est les dents du bonheur. Le rêve couleur bleu ciel se poursuit. Le rêve azzurro, lui, s’est envolé. Ciao.

 

 

         

     FREE T-SHIRT   

      with a $20 donation 

Click here or mail your donation to :

Haiti Infos

P.O. Box 1428

Spring Valley,NY 10977

(For security,do not send cash by mail.

Check or money order only)

 

Join our circle at plus.google.com/haitiinfos

Send  your articles, jokes, press releases and personal stories to

haitiinfos1804@gmail.com

 

When you advertise online,your message is being

seen 24 hours a day.It’s time to elevate your game by

launching your advertising campaign on one of the 

most popular Haitian websites in the world,according to 

alexa.com

Come to think of it,If you’re not advertising on Haiti Infos,

we’re both losing money.For details

and rates, get in touch with us  today at

haitiinfos1804@gmail.com

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *