L’état du monde en 2015

 

Le président russe, Vladimir Poutine, le 9 mai 2014 à Sébastopol, en Crimée.

Avec la guerre en Ukraine et l’offensive éclair de l’Etat islamique en Irak, l’année 2014 a été dominée par un regain des tensions internationales et de la menace djihadiste. Ces deux crises vont continuer à dominer 2015, mais la chute des prix du pétrole pourrait rebattre les cartes.

L’OTAN et l’UE sauront-elles s’adapter à Poutine ?

Le 15 janvier, les présidents ukrainien, Petro Porochenko, et russe, Vladimir Poutine, doivent poursuivre leurs négociations, en présence d’Angela Merkel et de François Hollande. L’année sera placée sous le signe de la crise ukrainienne, alors qu’un cessez-le-feu fragile est en place. L’Union européenne (UE) et l’Alliance atlantique vont devoir redéfinir leurs rapports avec le président russe. Depuis la fin de la guerre froide, la stratégie occidentale fait le pari d’une démocratisation de la Russie, appuyée par les progrès économiques. Les deux institutions alternent fermeté et embarras, réagissant au coup par coup aux provocations de Moscou. L’UE paraît impuissante, car ses membres divergent sur la nature des relations à entretenir avec la Russie, considérée tantôt comme un menaçant voisin, tantôt comme un partenaire incontournable. L’OTAN est plus ferme dans son discours mais reste réticente à une adhésion de l’Ukraine, qui pourrait pousser l’Alliance atlantique à la confrontation avec Moscou.

L’Europe va-t-elle à nouveau se déchirer ?

2015 commence par des élections anticipées en Grèce et se terminera par un scrutin crucial en Espagne. Fin septembre, des législatives auront lieu au Portugal. Dans ces trois pays d’Europe du Sud, les électeurs se prononceront sur les politiques d’austérité. En Grèce et en Espagne, la gauche radicale de Syriza et de Podemos a le vent en poupe et fait trembler Bruxelles. Un autre scrutin peut modifier la géographie politique de l’UE : les législatives de mai au Royaume-Uni porteront, sous la pression du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), sur l’appartenance à l’UE, après la promesse de David Cameron d’organiser un référendum sur le sujet en 2017. Les travaillistes sont en tête, mais affaiblis, et les conservateurs cèdent de plus en plus aux sirènes eurosceptiques.

Pablo Iglesias, dirigeant de Podemos, le 21 décembre à Barcelone.

Qui sera la première victime du contre-choc pétrolier ?

L’effondrement des cours du pétrole fait déjà sentir ses effets. La Russie s’apprête à entrer en récession, le Venezuela aussi. L’Iran et le Nigeria ont revu à la baisse leur budget. L’Algérie puise dans ses réserves de change. Quel pays craquera le premier ? Le plus fragile est le Venezuela, en crise ouverte depuis déjà un an. D’autant que la décision de Cuba de normaliser ses relations avec les Etats-Unis isole encore un peu plus le régime chaviste. En Russie, la condamnation d’Alexeï Navalny, principal opposant à M. Poutine, et de son frère Oleg, semble augurer un tour de vis à l’égard de toute contestation intérieure. Reste à savoir combien de temps les monarchies du Golfe, à commencer par l’Arabie saoudite, supporteront le manque à gagner entraîné par la guerre des prix qu’ils ont lancée pour faire pièce au pétrole de schiste américain. Le déficit budgétaire saoudien en 2015 devrait se monter à 100 milliards de dollars (80 milliards d’euros).

Le ministre saoudien du pétrole, Ali Ibrahim Al-Naïmi, le 21 décembre 2014, à Abou Dhabi, lors de la 10e Conférence arabe de l’énergie.

La Chine se tournera-t-elle vers Moscou ?

2015 sera-t-elle l’année de la consécration de l’entente entre Pékin et Moscou au détriment de Washington, comme aux belles heures de l’alliance socialiste des années 1950 ? Affaiblie par les sanctions occidentales et la chute du cours du pétrole, la Russie s’est vu offrir le soutien financier de la Chine. Ce renforcement des liens sert à double titre les objectifs de la diplomatie chinoise sous Xi : renforcer une politique de bon voisinage pour accroître le poids de la Chine en Asie, où se trouve la moitié de ses dix principaux partenaires économiques, et développer les liens avec les puissances émergentes. Quitte à mettre au second plan les relations avec les Etats-Unis, critiqués pour leur ingérence dans les affaires asiatiques. Mais, comme toujours avec Pékin, cette diplomatie sert aussi ses intérêts économiques et le rôle du yuan, au moment où la Chine a détrôné les Etats-Unis comme première puissance économique de la planète.

Barack Obama, Vladimir Poutine et Xi Jinping, en novembre 2014 à Pékin.

L’Iran signera-t-il un accord sur son programme nucléaire ?

Le 24 novembre 2014, l’Iran et les six puissances (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) qui négocient depuis plus d’une décennie sur le dossier nucléaire iranien ont raté une chance historique de clore ce contentieux. Un nouveau délai a été fixé au 30 juin. Les grandes lignes d’un possible accord sont connues : reconnaissance du droit de Téhéran à enrichir l’uranium en échange d’une limitation de ses capacités et d’un régime strict d’inspection. Ce qui fait encore débat, c’est le rythme de levée des sanctions et, surtout, la volonté du Guide suprême, Ali Khamenei, de sortir le pays de son isolement, au risque de voir la jeunesse, avide de modernité, échapper au contrôle des services de sécurité. Osera-t-il sauter le pas ? Le nouveau Congrès américain pourrait l’en dispenser en votant de nouvelles sanctions…

Hassan Rohani.

L’EI (ISIS) prendra-t-il le dessus sur Al-Qaida ?

L’irruption fracassante de l’Etat islamique (EI) sur la scène du djihad mondial, avec la prise de Mossoul en juin, et son omniprésence médiatique à travers un usage intense des réseaux sociaux, ont pu laisser croire à une absorption d’Al-Qaida par la jeune organisation djihadiste née en Irak et grandie en Syrie. Au point que le chef de l’EI, Abou Bakr Al-Baghdadi, a proclamé son califat, suscitant débats et critiques dans la sphère djihadiste. Al-Qaida, qui a su préserver l’allégeance de ses principales succursales, au Yémen et dans le Sahel, n’a pas dit son dernier mot. C’est en Syrie, où le Front Al-Nosra, resté fidèle à Al-Qaida, est en passe de s’imposer comme l’autre force majeure du camp rebelle, que va se sceller l’avenir du djihadisme mondial. Malgré leurs divergences, Al-Qaida et l’EI pourraient unir leurs forces contre la coalition internationale.

Des militants de l’Etat islamique exhibent un pilote jordanien fait prisonnier, le 24 décembre 2014, à Rakka, en Syrie.

Y aura-t-il une intervention militaire en Libye pour mettre fin au chaos ?

Le face-à-face armé entre les autorités élues, réfugiées à Tobrouk, et la coalition Fajr Libya (« Aube de la Libye »), dominée par les islamistes et maître de Tripoli, s’étend. Pour l’ONU, une « guerre totale » se dessine. L’appel des autorités de Tobrouk à une intervention étrangère est resté sans réponse, hormis quelques raids aériens contre Fajr Libya et ses alliés d’Ansar Al-Charia, imputés aux Emirats arabes unis et à l’Egypte. Mais, le chaos libyen, devenu un lieu de transit pour les réseaux djihadistes sahéliens, inquiète. La possibilité d’étendre l’opération française Barkhane dans le Sahel au Sud libyen reste une option sérieuse. L’Egypte et les Emirats arabes unis sont tentés d’accroître leur soutien militaire aux autorités de Tobrouk, mais leurs moyens sont limités. L’ONU et l’Union africaine privilégient la solution diplomatique.

Des stocks de pétrole libyen en feu, le 28 décembre 2014 à Ras Lanouf, principal centre de raffinage du pays.

Y aura-t-il un accord « historique » sur le climat à Paris ?

C’est le rendez-vous de la dernière chance pour contenir la hausse des températures sous la barre de 2°C d’ici à la fin du siècle, comme le préconisent les scientifiques. En décembre 2015, à Paris, les 195 Etats membres de la Convention des Nations unies sur le changement climatique auront pour mission de parvenir à un accord qui, pour la première fois, engagerait tous les pays, de façon contraignante, à juguler leurs émissions de gaz à effet de serre. Cet accord, qui serait historique, est loin d’être acquis. Après les espoirs suscités par le sommet organisé à New York, en septembre 2014, par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, puis l’accord bilatéral signé en novembre entre les deux principaux émetteurs de CO2, la Chine et les Etats-Unis, le timide compromis arraché en décembre à Lima, où devaient être posés les jalons de la conférence de Paris, augure mal du succès de cette dernière, faute d’une volonté politique affirmée et partagée par le Nord et le Sud.

Des délégués se reposent pendant les négociations de Lima, le 13 décembre 2014.

L’épidémie d’Ebola sera-t-elle endiguée ?

Le scénario catastrophe pronostiquant près d’un million et demi de personnes infectées par le virus de la fièvre hémorragique Ebola à la fin janvier 2015 ne se réalisera pas. Ce cauchemar sanitaire avait été imaginé au milieu de l’été 2014 par les épidémiologistes américains des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) dans le cas où aucune mobilisation internationale ne viendrait à la rescousse des pays les plus touchés : la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Fin 2014 on y comptait plus de 20 000 cas d’Ebola, fatals pour 7 879 malades. Le pire n’aura pas lieu, grâce une prise de conscience, tardive mais réelle. Ce qui n’empêche pas les trois pays d’Afrique de l’Ouest de vivre une véritable catastrophe sanitaire, économique et sociale, qui se poursuivra en 2015. En attendant un vaccin promis par plusieurs laboratoires, mais qui ne devrait être au point que pour une prochaine épidémie.

A Freetown, en Sierra Leone, en octobre 2014.

Quelle sera la prochaine guerre de l’Internet ?

Regin, #SonyHack, Sandworm, Axiom : derrière ces noms se cachent des actions récentes (venues des Etats-Unis, de Moscou, de la Chine) pour espionner et saboter numériquement des puissances mondiales. Face à ces attaques, la doctrine de certains, comme les Etats-Unis, est claire : la riposte sera proportionnée et pourra emprunter des canaux conventionnels. Toute la question réside cependant dans l’identification des assaillants. La mission est le plus souvent impossible, d’autant plus lorsque des agences de renseignement sont à la manœuvre et que les groupes de hackeurs, puissants et organisés, cachent leurs traces. De l’avis de plusieurs experts, les preuves manquent encore pour désigner la Corée du Nord comme responsable du piratage de Sony Pictures. Mais pour faire face à ces cyberattaques contre un Etat ou ses entreprises, les capacités à trouver précisément les coupables et à organiser une défense sans entraver les libertés publiques figureront parmi les questions cruciales de 2015 – et sans doute au-delà.

Au musée de la guerre de Séoul, le 23 décembre 2014.Au musée de la guerre de Séoul, le 23 décembre 2014. | Ahn Young-joon / AP

Le pape François parviendra-t-il à réformer l’Eglise catholique ?

La popularité du pape François parmi le peuple catholique ne se dément pas. Selon les décomptes du Vatican, 5 916 800 personnes ont participé en 2014 à des rencontres à Rome avec lui. C’est un peu moins (− 600 000) qu’en 2013, mais bien plus (+ 3,6 millions) que du temps de son prédécesseur Benoît XVI. François n’a pas pour autant gagné le défi réformateur qu’il a lancé à son Eglise. La nouvelle année sera décisive pour les deux grands chantiers qu’il a ouverts. En octobre, le second synode des évêques sur la famille devra trancher : recommandera-t-il, comme le lui a demandé le pape, de tenir compte des réalités diverses d’aujourd’hui (couples non mariés, divorcés, homosexuels) ou accordera-t-il d’abord son attention à la famille selon les Ecritures (un homme et une femme mariés pour toujours et leurs enfants) ? L’enjeu est au moins autant sur le fond – le pape décidera seul, après le synode, quelle est la « ligne » de l’Eglise sur cette question – que sur la forme : les représentants des Eglises de la planète seront-ils prêts à suivre le pape argentin sur la voie d’une décentralisation du pouvoir normatif dans l’Eglise ? La réforme de la curie romaine sera l’autre enjeu de l’année. Il s’agit pour Rome de se délester de certaines prérogatives au profit des épiscopats locaux. Dans un entretien au quotidien argentin La Nacion, début décembre 2014, François concevait l’avenir avec un certain humour : « Dieu est bon avec moi. Il me donne une saine dose d’inconscience. Je fais ce que j’ai à faire. »

Le pape François reçoit la curie romaine, le 22 décembre 2014 au Vatican.
Le pape François reçoit la curie romaine, le 22 décembre 2014 au Vatican. | POOL / REUTERS

A Cuba, la démocratie s’imposera-t-elle avec le libre-échange ?

Une très classique controverse va pouvoir se rejouer à Cuba : le libre-échange conduit-il nécessairement à la démocratie ? L’annonce, en décembre, d’un accord entre Barack Obama et Raul Castro pour raser l’un des derniers murs de la guerre froide – l’embargo imposé par les Etats-Unis à Cuba – a réveillé les espoirs des démocrates cubains. Depuis trois ans, les réformes économiques très prudemment instillées par le pouvoir castriste leur avaient laissé un goût amer : de petites entreprises avaient pu voir le jour, essentiellement financées par des exilés de Floride, mais aucune avancée démocratique ne les a accompagnées. Il n’y a aujourd’hui à Cuba ni syndicat, ni presse, ni parti libre, ni associations indépendantes de l’Etat. Et l’armée, qui surplombe tous les organes de pouvoir, a la ferme intention qu’il en demeure ainsi. La proximité avec les Etats-Unis, l’arrivée probable de moyens de communication diversifiés avec la levée de l’embargo le permettront-elles ? Pour l’instant, le régime ne l’a pas laissé présager, comme en témoigne la dizaine d’arrestations et de mises en résidence de dissidents mardi 30 décembre 2014.

A La Havane, le 23 décembre 2014.
A La Havane, le 23 décembre 2014. | STRINGER / REUTERS

Clinton contre Bush, acte II ?

L’un a déjà fait un premier pas vers la candidature, l’autre ne devrait plus tarder à se prononcer. Vingt-quatre ans après la campagne de 1992 qui avait vu Bill Clinton triompher de George H. W. Bush, la prochaine élection présidentielle pourrait faire bégayer l’Histoire. Le fils de l’ancien président, ancien gouverneur de Floride, Jeb Bush, a été le premier à faire part de son intérêt pour la campagne de 2016, le 16 décembre 2014. Hillary Clinton a tout mis en œuvre depuis son départ du département d’Etat, en janvier 2013, pour se lancer dans la course même si sa déclaration de candidature reste à officialiser. L’un comme l’autre pourraient mettre en avant leur expérience et leur centrisme, mais il leur faudra remporter les primaires de leurs camps respectifs, une épreuve qui donnera une idée de la tolérance de l’opinion à ce qui apparaîtrait comme une affaire de clans. La partie est loin d’être gagnée pour Jeb Bush alors que les prétendants ne manquent pas côté républicain. Quant à Hillary Clinton, elle était donnée favorite en 2008 avant qu’un sénateur encore peu connu, Barack Obama, ne brise ses espoirs.

Hillary Clinton, le 16 décembre 2014 à New York.

Hillary Clinton, le 16 décembre 2014 à New York. | Jason DeCrow / AP

Cliquez sur le lien dessous pour jouer la video

 

Share Button

A lire aussi/More from the site

Une Réponse à L’état du monde en 2015

  1. Dabel Misson Répondre

    4 janvier 2015 a 3:48

    Pour moi sait que est votre a veni pour le monde en 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *