Nouvelles d’Haiti,6 Janvier 2015

Evans Paul n’inspire pas confiance au G 6

Les sénateurs du G 6 jugent que le Premier Ministre Evans Paul ne peut réaliser le consensus nécessaire durant la période électorale.

Le sénateur Francky Exius affirme que le G 6 n’envisage pas de négocier avec M Paul qui n’a pas été nommé dans le cadre d’un consensus entre le chef de l’état et les partis politiques de l’opposition. Il révèle que des proches du Premier ministre ont tenté de le joindre afin de relancer les négociations.

M. Exius soutient que le Premier Ministre doit être en mesure de mettre en confiance tous les acteurs politiques au cours de cette année électorale.

Même s’il exprime un profond respect pour Evans Paul qui a lutté pour la démocratie en Haïti, le sénateur Exius soutient que le chef de file de la KID a au cours de ces dernières années adopté des positions favorables au président Martelly. M. Paul n’a pas les moyens de réaliser le consensus, argue le sénateur Exius.

Le G 6 recommande au chef de l’état de reprendre les négociations avec les partis politiques de l’opposition radicale afin de designer un Premier Ministre et de former un conseil électoral provisoire (CEP). Il juge que l’octroi de portefeuilles ministérielles a des partis politiques ne permettra nullement de faire disparaître la méfiance des acteurs vis-à-vis de l’exécutif.

Interrogé sur le profil de la personnalité apte à diriger le gouvernement de consensus le sénateur Exius soutient que le Premier Ministre ne peut en aucun cas être dirigeant d’un parti politique.

Le parlementaire se dit déterminé à exiger le respect de la constitution afin de garantir le bon fonctionnement des institutions.

Le G 6 fait avorter l’assemblée nationale

 

Le sénateur Jean William Jeanty est le seul membre du G 6 à avoir répondu à la convocation à l’extraordinaire du 5 janvier 2015. Les sénateurs de ce bloc de l’opposition radicale ont boudé la séance afin de dénoncer une convocation jugée informelle.

Le sénateur Jean Baptiste Bien Aimé, qui a quitté la salle avant le début de la séance, révèle que la correspondance officielle du chef de l’état a été acheminée au Parlement à midi le lundi 5 janvier 2015. Pour lui ceci témoigne d’un manque de respect à l’égard du Parlement.

De plus le sénateur Bien Aimé critique le menu en 6 points de la session extraordinaire. Il soutient que l’agenda doit être le résultat de négociation entre la Présidence et le Sénat. L’agenda ne comporte que les priorités de l’exécutif, déplore t-il.

Outre les exigences pour la séance en assemblée nationale, les sénateurs du G 6 ont formulé des revendications afin de voter les amendements de la loi électorale et ratifier la déclaration de politique générale du Premier Ministre. Le sénateur Bien Aimé soutient que le chef de l’état doit au préalable nommer les membres du conseil électoral Provisoire (CEP) suivant les prescrits de l’article 289 de la constitution. Il explique que le projet de loi électorale devra être élaboré et soumis par le prochain CEP.

En ce qui a trait au Premier Ministre, M. Bien Aimé fait remarquer que la nomination de M. Paul, antérieure à l’accord n’est pas prise en compte dans l’accord tripartite.

Une mission du Conseil de sécurité de l’ONU sera en Haïti

Des ambassadeurs du Conseil de sécurité vont mener une mission en Haïti du 23 au 25 janvier pour examiner la situation sur place à la suite de la réduction de la mission de l’ONU et encourager la tenue d’élections.

Le Conseil souhaite “réaffirmer au gouvernement haïtien le besoin urgent d’organiser les élections”, a expliqué à la presse l’ambassadeur chilien Cristian Barros Melet qui préside le Conseil en janvier.

“Il y a unanimité au Conseil pour dire que la priorité aujourd’hui pour le président haïtien est d’établir un calendrier crédible pour des élections”, a souligné l’ambassadeur Chilien au conseil de sécurité.

Cette mission devrait faire, selon lui, avancer ce processus. En octobre, le Conseil a renouvelé pour un an le mandat de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en Haïti (Minustah). Mais il a divisé par deux ses effectifs militaires, qui passeront à 2.370 soldats, pour tenir compte de l’amélioration de la sécurité.

Le nombre de policiers a cependant été maintenu à 2.600 hommes. L’Argentine et le Chili fournissent un important contingent à la Minustah et redoutent les tensions que créeraient de nouveaux retards dans le processus démocratique.

Des professeurs de l’UEH menacent d’entrer en grève

La Cellule de réflexion pour la nouvelle UEH – Universite d’Etat d’Haiti-  (CRNU), le Syndicat du personnel administratif de l’UEH (SPA/UEH) et le Syndicat du corps enseignant de l’UEH (SCE/UEH) annonce que ces différentes entités ont déjà adressé un préavis de grève le mardi 23 décembre au Conseil exécutif de l’UEH.

Selon le professeur Luné Roc Pierre Louis (Zago), les trois entités estiment que le combat vers la nouvelle UEH doit se faire ensemble et ce de manière commune. Ces entités revendiquent inévitablement la mise en application de la Grille salariale des professeurs adoptée depuis le 7 décembre 2013 et celle du personnel administratif. Les deux grilles salariales sont pourtant déjà en application à la Faculté d’Agronomie et à la Faculté des Sciences.

À cet effet, ces entités dénoncent cette politique de deux poids deux mesures et dénoncent également l’injustice, l’irrespect et l’insouciance qui caractérisent la gestion du Conseil exécutif de Jean-Vernet Henry, Fritz Deshommes et Jean Poincy, qui sont des corps étrangers qui planent au-dessus de l’UEH.

Le professeur Pierre Louis appellent tous les professeurs et membres du personnel à emboîter le pas vers la nouvelle UEH.

Plaque d’immatriculation : Les automobilistes bénéficient 15 jours de sursis

La direction Générale des Impôts a prolongé de 15 jours l’échéance pour les automobilistes de retirer leur plaque d’immatriculation.

Jusqu’au 18 janvier prochain, les agents de la circulation seront cléments avec les conducteurs qui ne sont pas en règle.

Le directeur général de l’institution informe avoir renforcé le personnel des différentes DGI de la zone métropolitaine afin de faciliter la livraison des plaques d’immatriculation.

Morlan Miradin invite les propriétaires de véhicule à se mettre en règle avec la DGI en vue d’éviter les sanctions des agents de la circulation.

Des membres d’un gang haїtano-dominicaine arrêtés

Le Porte-parole de la police de Santiago, le Colonel Damián Arias, a informé de l’arrestation et de l’incarcération, de deux membres d’un gang composé de dominicains et d’haïtiens, spécialisé dans le vol à main armée, dans divers salons de beauté du secteur « El Ensanche Libertad ».

Ces bandits, dépouillaient les clientes, de leur téléphone portables et de leur argent sous la menace de leur arme, avant de prendre la fuite.

Ces malfaiteurs ont été identifiés par la police et par des victimes qui avaient déposées une plainte au Commissariat, comme étant : Danelson Lexavier Vargas et Frankely Hernández Rodríguez (deux dominicains), qui étaient accompagnés de deux ressortissants haïtiens connus seulement sous le nom de Willy et Monky Black, qui sont en fuite et activement recherchés.

Le Colonel Damián Arias a indiqué, au passage, que plusieurs armes de poing ont également été saisies par les membres de la Direction des Enquêtes Criminelles, commandé par le Major Santo Ureña.

Le MSPP dément les rumeurs faisant état d’un cas d’Ebola en Haïti

Le Ministère de la Santé Publique et de la Population apporte un démenti formel aux informations véhiculées sur les différents réseaux sociaux, par des individus mal intentionnés, faisant croire à la présence d’un cas d’Ebola en Haïti plus précisément à la Petite Rivière de l’Artibonite.

Dans une note de presse parue en date du 5 janvier , le ministère demande à ces derniers de bien vouloir supporter de préférence les efforts de dépolitisation du système de santé en Haïti, principe indispensable au rétablissement du climat de confiance dans la réponse à fournir à tout individu nécessitant des soins et services pour la prévention, le maintien ou le rétablissement de leur santé en cas de maladie.

Le Ministère de la Santé Publique appelle la population à garder son calme et à respecter toutes les consignes de prévention divulguées tout en se faisant le devoir, s’il en était besoin, de rassurer tout un chacun de l’efficacité du système de vigilance mis en place pour réduire considérablement le risque de contamination de notre pays.

Martelly confie les négociations à Evans Paul

Le chef de l’état haïtien, Michel Martelly, annonce un tournant dans son administration. Dans son message à l’occasion du 111 eme anniversaire de l’indépendance, M. Martelly a affirmé avoir confié au Premier Ministre Evans Paul la tache de négocier avec les acteurs politiques. Il soutient que le Premier Ministre devra poursuivre les consultations qu’il avait réalisées entre septembre et novembre 2014.

M. Martelly avait réalisé seul les discussions avec les acteurs politiques sans la participation du Premier Ministre de l’époque Laurent Lamothe.

Le Premier Ministre Evans Paul semble bénéficier d’une grande marge de manœuvre pour former le gouvernement de consensus. Le chef de file de la KID poursuit depuis deux semaines des pourparlers afin de former un gouvernement qui bénéficiera de l’appui de l’opposition radicale.

C’est la première fois que le président Martelly confie à un Premier Ministre la tache de négocier avec les partis politiques. M. Martelly avait dirigé directement les négociations ayant permis des accords avec l’opposition dont l’accord de Noël 2012 et l’accord d’El Rancho.

En insistant sur la nécessité de poursuivre les consultations politiques, le président Martelly préconise un dialogue permanent au delà de la formation du gouvernement de consensus. Le Premier Ministre Paul, qui se consacre à la formation d’un gouvernement, devra ensuite contribuer à créer les conditions d’apaisement nécessaires à la tenue d’élections législatives et municipales.

Afin de mener à bien sa mission, Evans Paul s’est présenté en citoyen au dessus des clivages politiques. Il se propose de rapprocher l’opposition du pouvoir afin de sortir le pays de la crise.

Toutefois certains leaders de l’opposition radicale indiquent que le Premier Ministre ne pourra les convaincre de mettre un terme aux manifestations. A l’issue de la manifestation du 1 er janvier, Assad Volcy a assuré que le Premier Ministre ne pourra pas les convaincre d’assouplir leur position vis-à-vis du chef de l’état.

La 3e et dernière phase de l’opération Burkina Faso est lancée

La Table de concertation de l’opposition a annoncé ce lundi le lancement de la 3e phase de l’opération Burkina Faso dont l’objectif est de provoquer le départ de Michel Martelly .

Ainsi, les leaders de la mobilisation anti-gouvernementale, annoncent trois (3) journées de manifestations à Port-au-Prince pour les 8, 10 et 11 janvier, précisant que les parlementaires qui acceptent l’extension de leur mandat, seront également concernés par cette phase de la mobilisation.

Louis Gerald Gilles de la Fanmi Lavalas banalise la signature de l’accord du 29 décembre qu’il qualifie d’anticonstitutionnel, précisant que la nomination d’Evans Paul au poste de premier ministre ne peut en rien affecter la détermination de l’opposition d’exiger le départ de Michel Martelly.

André Fadot, du Mouvement de l’Opposition populaire (MONOP) a pour sa part, déploré la décision de l’ancien responsable de la KID Evans Paul, estimant que ce dernier s’est prostitué, en acceptant dans les circonstances actuelles, un poste de premier ministre de Michel Martelly et de gâcher ainsi, son avenir politique.Loin de pouvoir apaiser la situation politique, cet acte ne fera qu’envenimer les contestations, ajoute-il.

Le coordonnateur de l’OTAN (Organisation « Tèt ansanm » département des Nippes)  , Assad Volcy, a critiqué les parlementaires qui, dit-il, ont renoncé au mandat qu’ils ont reçu du peuple haïtien en acceptant de faire le jeu du président de Martelly. Donc, lesparlementaires qui acceptent l’extension de leur mandat seront également concernés par cette phase de l’opération Burkina Faso, dit-il.

La manifestation du 8 janvier prochain partira devant les ruines de l’Eglise Saint Jean Bosco, en passant par devant le parlement, le parquet de port au prince avant d’aboutir devant la faculté d’ethnologie aux champs de mars.

Cliquez sur la fleche pour jouer la video

 

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *