« Haïti dans l’impasse » par Serge H. Moise

Serge H. Moise

Deux siècles d’histoire au cours desquels la fiction semble plus vraie que la réalité. Christophe Colomb se rendant aux Indes par la route de l’est échoue par accident dans ce qu’il sera convenu d’appeler le Nouveau Monde.

Sans se soucier des autochtones, après la visite des lieux, l’île est baptisée Hispaniola en l’honneur de leurs majestés très catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon. Comme tout bon envahisseur, on commence par essayer d’amadouer ces êtres bizarres vivant de chasse et de pêche, adorant les astres comme divinités, loin de la civilisation. Il faut donc les convertir au christianisme et pour ce faire, la bible dans une main, l’épée dans l’autre, ce sera chose faite le temps de le dire d’autant que le sous-sol est riche en minerais et métaux précieux de toutes sortes.

Ces êtres bizarres appelés dorénavant les Indiens, puisque les conquistadores se croyaient en Inde, feront l’apprentissage des travaux forcés car le royaume a besoin de ressources et pas des moindres. L’or, l’argent et autres métaux précieux y abondaient et ces primitifs n’en connaissaient même pas la valeur. Se les approprier d’une manière ou d’une autre ne posait donc aucun problème, encore fallait-il une main-d’œuvre peu coûteuse mais vigoureuse pour ce faire.

Ces Indiens des Antilles se sont vite révélés inaptes à ce genre de boulot et la population a commencé à décroître rapidement, aidée en cela par les maladies sexuellement transmissibles gracieusement importées.

C’est alors que le révérend Bartolomeo de Las Casas, dans un élan de charité toute chrétienne, eut la géniale inspiration de suggérer à ses patrons de mettre un terme à ce massacre et de remplacer ces créatures chétives par les Bossales, rudes travailleurs et costauds qui passaient leur temps à s’entre-tuer dans leurs lointaines terres d’Afrique.

Ainsi débuta l’immigration massive de nos ancêtres, ces Nègres d’Afrique, vers la terre de soleil, de fer et de feu, agrémentée de vaudou et de christianisme dont nous sommes les heureux héritiers.

La lune de miel dura trois cents longues années, ponctuée de querelles, d’escarmouches, pour dégénérer en marronnage, fugue, révolte et culminer enfin, à travers la geste de mil huit cent quatre, à la rupture spectaculaire des chaînes de l’esclavage.

Le premier janvier mil huit cent quatre, notre fier bicolore symbolisant les notions de liberté, d’égalité et de fraternité a flotté allègrement, transmettant au monde entier les effluves sacro-saintes de notre volonté inébranlable de vivre libre ou de mourir.

Dès mil huit cent cinq (1805) une première constitution définissait les rapports entre gouvernants et gouvernés, l’article 26 consacrait le règne à vie de l’empereur avec le droit de choisir son successeur. La tragédie du Pont Rouge, dont les séquelles se font encore sentir de nos jours, en a décidé autrement et comme pour rester dans l’air du temps, le président Boyer se fera plébisciter à vie, suivi dans la même veine par Henry Christophe dans le Nord, plus tard Faustin Soulouque et enfin François et Jean-Claude Duvalier.

Tous ces empires, royaumes et républiques ont une particularité en commun : le mépris de la res publica.

La nation, encore en devenir, a évolué en dent de scie avec le plus souvent des bonds en arrière, zigzaguant de mal en pis. Tous les présidents élus régulièrement ou à la faveur de nos nombreux pronunciamientos ont toujours voulu se perpétuer au pouvoir en dépit des prescrits de nos différentes constitutions, avec les mêmes résultats qu’ils se feront chasser du palais national comme de vulgaires chenapans.

Cette pulsion morbide habite encore nos politiciens d’aujourd’hui, certes de manière un tantinet plus sophistiquée, comme l’ont d’ailleurs démontré les dernières élections boudées par la grande majorité de la population.

Ce simple et rapide survol historique n’a pas la prétention de retracer, dans les moindres détails, toute la gamme de nos gabegies au fil des décennies. Elles sont connues pour avoir été sassées et ressassées par nos brillants analystes et historiens.

Notre propos se veut une modeste contribution à la recherche des causes de nos malheurs dont nous sommes, à n’en point douter les premiers responsables. S’il est vrai que le développement passe par les créneaux culturels, il y a lieu pour nous de questionner en premier lieu cet aspect de la question, démarche qui devrait relever d’une équipe pluridisciplinaire réunissant toutes les compétences y afférentes.

A défaut de cette équipe, notre témérité nous incite, avec tous les risques que cela peut comporter, à questionner nos méthodes d’enseignement qui nous ont fait croire, pendant trop longtemps, que le français était notre langue maternelle – premier pas vers l’acculturation –

Des Afro-caraïbéens, éduqués à la française, n’appréciant que les valeurs culturelles importées, ignorant et méprisant systématiquement les siennes, au lieu d’en faire une idiosyncrasie enrichissante, une telle approche frisant la dichotomie, ne pouvait que déchirer le tissu social et barrer la route à toute velléité de développement endogène.

De plus, toute société, pour pouvoir évoluer de façon harmonieuse se doit d’établir ses règles de fonctionnement en adéquation avec sa propre culture, et quand ces susdites règles de droit sont elles aussi importées sans la moindre tentative d’adaptation, le dysfonctionnement s’avère inévitable comme nous le constatons depuis trop longtemps avec une passivité déconcertante.

Haïti est dans une impasse, nous le répétons depuis une cinquantaine d’années, et nous refusons d’admettre que c’est là notre œuvre collective, volontairement ou non. Certains d’entre nous ont très mal fait, d’autres, par contre, n’ont pas osé faire ce à quoi ils étaient obligés, nous sommes donc tous sinon coupables du moins responsables de notre lamentable situation de peuple le plus corrompu et en conséquence le plus pauvre. Nos aïeux ont pratiqué le marronnage contre les colons pour nous délivrer de l’abrutissement, nous le pratiquons avec nous-mêmes espérant nous dédouaner de notre légèreté envers la mère-patrie. Nous inventons arguties et circonvolutions pour nous convaincre que nous n’avons rien à voir dans ce chaos séculaire. Peine perdue sœurs et frères, notre conscience sera toujours omniprésente, comme l’œil du maître qui regardait Caïn.

Sur le plan économique, nous avons choisi le mercantilisme en lieu et place de la production, l’accès au crédit est limité à environ trois pour cent (03%) de la population active, qui elle-même ne représente que vingt cinq pour cent (25%) de la famille haïtienne.

En conséquence, envisager la refondation du pays implique une emphase certaine sur la réforme judiciaire et la sécurité pour tous, la revalorisation des corps socioprofessionnels : avocats, médecins, ingénieurs, professeurs, notaires, arpenteurs, comptables etc., une fonction publique épurée, une politique de plein emploi à partir de nos propres ressources, un encadrement adéquat de nos artistes et pour cause, une éducation innovée qui tienne davantage compte de nos valeurs culturelles, pour une jeunesse saine de corps et d’esprit, la santé à la portée de tous, sans oublier la célérité dans l’urgence : évidemment les logements sociaux pour tous les sinistrés et les démunis. Tout ce qui précède, il va de soi, à partir d’un État structuré de manière efficace et efficiente.

Nous estimons de notre devoir de joindre notre faible voix à toutes celles qui réclament à cor et à cri que nous sortions enfin de l’impasse, car Haïti c’est nous, en tout temps, et où que nous puissions nous retrouver.

Me Serge H. Moïse av.

 

Share Button

A lire aussi/More from the site

  • Refonder Haïti23 janvier 2017 Refonder Haïti Serge H. Moise"Les analphabètes du vingt et unième siècle ne seront pas ceux qui ne peuvent lire ou écrire mais ceux qui ne peuvent apprendre, désapprendre et réapprendre."  Alvin […] Posted in Opinion
  • « Dignité d’abord » par Serge H. Moise12 juillet 2015 « Dignité d’abord » par Serge H. Moise Me. Serge H. Moise L’oisiveté est la mère de tous les vices, dit le vieil adage. Un peuple qui n’est pas mis au travail et ce, dans les meilleures conditions humaines, est condamné à […] Posted in Opinion
  • Quand un média étranger nous décrit le vrai Guy Philippe15 janvier 2017 Quand un média étranger nous décrit le vrai Guy Philippe Par Max Dorismond   Personne n’avait aucune idée positive de Guy Philippe. Pourquoi ! La plupart des médias haïtiens à la remorque de certains intérêts souterrains […] Posted in Opinion
  • « Le faire semblant » par Serge H. Moise3 juin 2015 « Le faire semblant » par Serge H. Moise Serge H. MoiseSimuler, mentir, c’est tromper, rouler, duper et même nuire, mais en faisant semblant de dire la vérité. Les conséquences d’un mensonge peuvent varier d’un fait […] Posted in Opinion
  • « Constitution quand tu nous tiens! »25 mai 2012 « Constitution quand tu nous tiens! » Me. Serge H. Moise          Il y a environ vingt ans que la constitution de mil neuf cent quatre vingt-sept (1987) était élaborée dans une athmosphère d’euphorie collective. Les […] Posted in Opinion
  • « Scandale dans la famille » par Serge Moise14 octobre 2013 « Scandale dans la famille » par Serge Moise Serge MoiseLe droit et la morale ont le même centre mais pas la même […] Posted in Opinion
  • Haiti : « Contradictions et Paradoxes »10 août 2012 Haiti : « Contradictions et Paradoxes » par Me Serge H. Moise        Il y a si longtemps, beaucoup trop longtemps maintenant que nous suivons les mêmes sentiers qui ne nous mènent nulle part. Et  bon an mal an, […] Posted in Opinion
  • « Pitô nou lèd nou là » par Serge H. Moise23 juin 2013 « Pitô nou lèd nou là » par Serge H. Moise  Serge H. Moise  « Le pays le plus corrompu et le plus pauvre de l’hémisphère sud ». Nos compatriotes en ont marre d’entendre cette rodomontade à n’en plus finir. […] Posted in Opinion
  • « Constitution quand tu nous tiens! » par Serge H. Moise30 mars 2015 « Constitution quand tu nous tiens! » par Serge H. Moise Me. Serge H. Moise Il y a environ vingt ans que la constitution de mil neuf cent quatre vingt-sept (1987) était élaborée dans une atmosphère d’euphorie collective. Les mises en garde […] Posted in Opinion
  • « De mal en pis » par Serge Moise1 décembre 2013 « De mal en pis » par Serge Moise                                                       […] Posted in Opinion
  • « Homo homini lupus » par Serge H. Moise14 septembre 2013 « Homo homini lupus » par Serge H. Moise Serge Moise     Les vertus se perdent dans l’intérêt comme les fleuves dans la mer.                                                                           François de la […] Posted in Opinion
  • Y-a-t-il encore une « âme haïtienne » ? par Serge H. Moise23 juillet 2012 Y-a-t-il encore une « âme haïtienne » ? par Serge H. Moise par Me Serge H. Moïse av.                A la veille du dix-huit mai, une de mes correspondantes, soucieuse et inquiète du sort de la nation me posait la question suivante : […] Posted in Opinion
  • « Individualisme » par Serge H. Moise2 mars 2015 « Individualisme » par Serge H. Moise Serge H. moise L’individualisme outrancier, trait commun des compatriotes haïtiens fait l’objet de conversations à bâtons rompus, mais jamais de débats sérieux, susceptibles d’en faire […] Posted in Opinion
  • « La manière de faire »,par Serge Moise3 juillet 2013 « La manière de faire »,par Serge Moise         Il faut penser en homme d’action et agir en homme de […] Posted in Opinion
  • « La feuille de route » par Serge H. Moise27 octobre 2017 « La feuille de route » par Serge H. Moise Tout bon entrepreneur en construction sait que pour ériger un édifice qui soit solide et fonctionnel, il doit élaborer un plan d’ensemble, prévoir un chronogramme d’activités ainsi que […] Posted in Opinion
  • « Bouche bée! » par Serge H. Moise28 octobre 2015 « Bouche bée! » par Serge H. Moise Me. Serge H. MoiseNous avons toujours la bouche grande ouverte pour une raison ou une autre. Si ce n’est par surprise ou admiration c’est par dépit ou remords. Deux cent douze […] Posted in Opinion
  • “Qui vivra,verra” par Serge H. Moise30 octobre 2014 “Qui vivra,verra” par Serge H. Moise Serge H. Moise Du choc des idées jaillit la lumière nous disait Nicolas Boileau, au siècle des Lumières. René Descartes de son côté nous rappelait que le bon sens était la chose la […] Posted in Opinion
  • « JUSQUES A QUAND ? » par Serge H. Moise22 janvier 2015 « JUSQUES A QUAND ? » par Serge H. Moise Me. Serge H. MoiseDes belles phrases, encore des phrases bien tournées, tant de nos dirigeants politiques que des envoyés spéciaux, mais toujours rien de concret pour les milliers […] Posted in Opinion
  • Le complexe de l’homme noir17 septembre 2012 Le complexe de l’homme noir par Venance Konan (via Me. Serge H. Moise)Mon ami Marius a coutume de me dire que si dans une hypothétique prochaine vie il était donné à chacun de choisir la couleur de […] Posted in Opinion
  • « Qui sommes-nous? » par Serge Moise18 mars 2014 « Qui sommes-nous? » par Serge Moise    Serge Moise Un peuple c’est d’abord, un territoire, une population et un gouvernement. A cela s’ajoute naturellement le principal facteur de son […] Posted in Opinion
  • « Quo vadis? » par Serge H. Moise29 juillet 2017 « Quo vadis? » par Serge H. Moise Serge H. Moise En l'an de grâce mil huit cent trois (1803), le défi majeur à relever pour le peuple haïtien en devenir, était de rompre les chaînes de l'esclavage, ce qui fut fait aux […] Posted in Opinion
  • Quel os Dieu a-t-il vraiment pris à Adam pour créer Eve ?12 juillet 2012 Quel os Dieu a-t-il vraiment pris à Adam pour créer Eve ? Dans la Genèse, il est dit que "l'Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L'Eternel Dieu […] Posted in Opinion
  • « Enlevons nos œillères » par Serge H. Moise9 juillet 2013 « Enlevons nos œillères » par Serge H. Moise par Serge H. Moise        Il est évident que celui qui veut bien s’orienter doit, avec ses deux yeux,  regarder dans la même direction. Autrement il risque de se fourvoyer et de […] Posted in Opinion
  • « Faux débats » par Serge H. Moise22 août 2017 « Faux débats » par Serge H. Moise Serge H. Moise Entre la culture d’exécution qui fait avancer et celle du m’as-tu vu qui fait poireauter, certains ont délibérément choisi la seconde et font semblant de vouloir […] Posted in Opinion
  • « Un petit pas » par Serge H. Moise27 septembre 2014 « Un petit pas » par Serge H. Moise Serge H. Moise  Si d’aventure nos leaders pouvaient décider de se réunir, pour discuter, en se regardant  dans les yeux, et au nom des intérêts supérieurs de la nation, […] Posted in Opinion
  •  “État de Droit et Développement ” par Serge H. Moïse30 décembre 2015 “État de Droit et Développement ” par Serge H. Moïse Serge H. Moïse Une toute petite question que les Haïtiens en général et nos dirigeants en particulier devraient se poser : Existe t'il un seul pays sur la planète qui soit parvenu à […] Posted in Opinion
  • « Au bord du gouffre » par Serge H. Moise30 septembre 2017 « Au bord du gouffre » par Serge H. Moise « On peut tromper une partie du peuple tout le temps, une partie du temps tout le peuple, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ». Abraham LincolnLe pays recule à […] Posted in Opinion, Haiti
  • Les spécialistes de la désinformation: une profession de plus en plus en vogue14 juin 2014 Les spécialistes de la désinformation: une profession de plus en plus en vogue  Le temps où il suffisait de dire « je l’ai lu dans le journal, je l’ai entendu à la radio, vu à la télévision » pour faire taire tous les incrédules est désormais dépassé. Ce […] Posted in Opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *