Cassures : nos familles entre Haïti et ailleurs

 

L’image de la famille, à laquelle nous nous sommes habitués est celle du père, de la mère et des enfants sous un même toit au quotidien. Avec l’évolution des modes de vie et les transformations sociales. Cette définition partagée a évolué en subissant plusieurs transformations qui ont amené un élargissement du concept de la famille et une diversification des membres que peut comprendre cette dernière. En effet, de nos jours on parle souvent, entre autres, de famille recomposée et monoparentale.

En Haïti, par contre, s’est développé un phénomène tout à fait distinct qui change davantage la structure familiale. Il s’agit de la séparation des familles avec l’un des conjoints résidant en Haïti et l’autre à l’étranger, pour la plupart, avec les enfants. Cette nouvelle catégorie familiale, les familles cassées, caractérise une famille monoparentale où l’un des conjoints ne peut pas participer pleinement à la transmission des valeurs et à l’éducation des enfants. En d’autres termes, ces familles ne sont pas brisées par la rupture des conjoints, mais cassées par l’éloignement. Elles sont unies tout en étant séparées dans le temps et l’espace. C’est justement le thème que traite le documentaire « Cassures : nos familles entre Haïti et ailleurs ». Par cette réalisation, Cassandre Thrasybule, l’auteure, a permis de mettre le projecteur sur cette problématique sociale dont l’écho ne retentit pas assez, du moins auquel nous ne prêtons simplement pas attention. Le documentaire relate le vécu de plusieurs familles haïtiennes.

 

 

Un acte encore plus déchirant que celui de se séparer de sa terre est celui de se séparer des siens. La séparation n’est pas un choix facile pour ces couples, pour la majorité c’est peut-être même par nécessité. Une nécessité qui nait de problèmes économiques, sociaux et politiques caractérisant le pays depuis belle lurette. Les couples sont conscients des conséquences de ce choix, surtout sur l’éducation des enfants, mais ils s’en aventurent malgré eux. Ces familles unies, mais séparées par la distance, ébranlées par la confrontation des valeurs et cultures d’origine à celles de la terre d’accueil, expliquent leur profonde angoisse à travers le documentaire. Il est à souligner, par exemple, que dans la majorité des couples qui ont pris part au documentaire, il incombe souvent aux épouses seules la tâche d’assurer le travail parental et domestique tout en se préoccupant de leurs propres activités professionnelles. Il faut tout aussi tenir compte des époux, en général, qui doivent travailler dur pour subvenir aux besoins économiques engendrés par le fait d’entretenir deux logements séparés. Sans mentionner l’enfant qui, pour sa part, doit grandir en l’absence d’une figure paternelle ou maternelle. Nos familles, entre Haïti et ailleurs, dépeignent une réalité criante. C’est un documentaire qui s’est donné l’objectif, en plus d’attirer l’attention sur le problème, d’aider à comprendre ce qui pousse ces couples à adopter l’option de la séparation malgré les difficultés qui s’y attachant.

 

Les sociétés à l’échelle mondiale ne cessent de se transformer. Elles sont en constante mutation. Bien de changements sociaux, tels les changements de perception du rôle de la femme, ont amené, dans des pays occidentaux, à une révision de l’approche et à la définition de la famille. Ces changements ont eu pour effet de modifier en profondeur les structures familiales. En effet, depuis au moins trois décennies, on a observé une augmentation de l’importance des familles monoparentales, un recul de la famille intacte fondée sur le mariage, une augmentation marquée des familles recomposées fondées sur l’union libre1. Dans des pays comme le Canada, les politiques publiques sont continuellement révisées et mises à jour en vue de s’adapter à ces transformations sociales et d’accommoder les besoins changeants de leur population. Donc, les discours, les politiques et même les comportements s’ajustent pour répondre aux nouvelles réalités.

Alors qu’en Haïti, nous avons tendance à classer nos problèmes en ordre de priorité selon leurs gravités apparentes, ce documentaire permet de souligner l’importance d’une problématique pour laquelle nous devons prendre le temps d’approfondir l’analyse et la réflexion. Le documentaire constitue un premier pas dans la bonne direction, celle d’enclencher un dialogue social auquel doit participer l’ensemble des acteurs de la société. L’attention publique est donc sollicitée. Car, une étape cruciale dans la résolution d’un problème est de l’identifier. C’est exactement ce que fait ce documentaire en mettant le projecteur sur cette problématique, tout en invitant à une réflexion exploratoire pouvant aboutir à des pistes de solution. La population en général, nos chercheurs et responsables étatiques en particulier sont invités à se pencher sur la question et engager une réflexion approfondie susceptible de déboucher sur une alternative. Donc, en prenant cette initiative, la réalisatrice, Cassandre Thrasybule, nous donne l’exemple que chaque Haïtien peut supporter une cause pour l’autre Haïti. Merci Cassandre pour Cassures.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                        Léa Perceval

 

1 Marie-Agnès Barrère-Maurisson. La mesure du travail dans la famille : création, définition et mesure du travail parental. MESURES ET DEMESURES DU TRAVAIL, Jan 2012, Bruxelles, ´Belgique.

 

Cliquez sur la fleche pour jouer la video

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *