Une fausse ambassade américaine au Ghana a opéré durant dix ans

Image result for flying american flag

Agence France-Presse

Des fraudeurs se présentant comme des officiers consulaires ont fait fonctionner durant une décennie une fausse ambassade américaine à Accra, capitale du Ghana, où ils imprimaient et délivraient notamment de faux visas, selon un porte-parole du département d’État lundi.

Celui-ci, Mark Toner, a précisé que personne n’était entré aux États-Unis avec l’un de ces faux visas, reproduits à partir de réels documents de voyage que les escrocs avaient obtenus.

«C’est très, très dur de falsifier des visas américains de nos jours, donc l’opération a échoué», a relevé M. Toner.

Interrogé sur la capacité de cette fausse ambassade à fonctionner sur une aussi longue période, Mark Toner a noté que les victimes de cette fraude étaient trop embarrassées pour porter plainte: «Elles étaient dupées, mais vous ne vous précipitez pas forcément chez la police en disant avoir obtenu illégalement un faux visa américain».

Selon un document du département d’État du mois dernier, la fausse ambassade n’accueillait pas de visiteurs mais ses employés se déplaçaient dans des régions reculées d’Afrique de l’Ouest pour y dénicher de potentiels clients.

Les «personnels» de l’ambassade, des gangsters turcs et ghanéens, envoyaient leurs clients à Accra, les logeaient à l’hôtel et leur facturait jusqu’à 6000 dollars les faux papiers.

Des photos de cette fausse ambassade montrent un bâtiment anonyme et décati où une vague photo du président américain Barack Obama trônait au mur.

Par comparaison, la véritable ambassade américaine à Accra est un bâtiment imposant dans un beau quartier, sécurisé et entouré d’autres centres diplomatiques.

Un informateur a aussi alerté les autorités locales à propos d’une fausse ambassade néerlandaise opérant également à Accra. Une enquête est toujours en cours à ce sujet, a précisé à l’AFP une porte-parole du ministre néerlandais des Affaires étrangères, Daphne Kerremans.

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *