Les États-Unis frappent une base aérienne en Syrie

translation services

Image result for us attacks with tomahawk missile syria 2017

Un missile Tomahawk ciblant la base aérienne syrienne de Shayrat lancé du destroyer USS Ross.

Les États-Unis ont frappé jeudi soir la Syrie, tirant des dizaines de missiles de croisière contre une base aérienne du régime en réponse à une attaque chimique présumée que Donald Trump a qualifiée de «honte pour l’humanité».

La frappe a été menée avec «59 missiles» Tomahawk, a annoncé un responsable de la Maison-Blanche, précisant que Washington avait visé la base aérienne de Shayrat, qui est «associée au programme» d’armes chimiques de Damas et «directement liées» aux évènements «horribles» de mardi. Des personnes sont mortes dans cette frappe, a annoncé à l’AFP le gouverneur de Homs, la province où elle est située.

«Il y a des martyrs, mais nous n’avons pas encore de bilan ni pour les martyrs ni pour les blessés», a affirmé Talal Barazi au téléphone.

«Il y a des blessés qui sont atteints de brûlures (…) Il y a des incendies que nous tentons de maîtriser. Ca va prendre un peu de temps pour évaluer les dégâts», a-t-il ajouté.

«Bien sûr nous condamnons» ces frappes, et «toute action visant les bases militaires syrienne est condamnable», a encore poursuivi M. Barazi.

«L’armée de l’air présente dans l’aéroport est un soutien important aux forces armées dans la bataille contre le groupe État islamique dans la région de Palmyre», a encore précisé le gouverneur.

Le président Donald Trump a affirmé que ces opérations étaient «dans l’intérêt vital de la sécurité nationale» des États-Unis. La télévision syrienne les a de son côté qualifiées d’«agression».

En conférence de presse, le président Trump a déclaré que le président syrien Bachar al-Assad Assad «a arraché la vie à des hommes, femmes et enfants sans défense» et que les États-Unis «défendent la justice» après une frappe punitive en Syrie.

D’après une source militaire syrienne, la frappe américaine sur une base a provoqué des «pertes»

Les États-Unis ont en outre informé la Russie de leurs intentions avant la frappe.

Le 4 avril, un raid imputé à l’armée syrienne contre la localité de Khan Cheikhoun dans le nord-ouest de la Syrie a fait au moins 86 morts, dont 27 enfants.

Les États-Unis ont accusé le régime du président Bachar al-Assad d’avoir utilisé un agent neurotoxique de type sarin contre cette petite ville rebelle, dont les images de victimes – femmes et enfants – agonisantes ont choqué le monde.

Le président Trump avait menacé depuis mercredi de passer à l’action contre son homologue syrien pour cette attaque «odieuse», un «affront à l’humanité».

Jeudi, en arrivant en Floride pour accueillir son homologue chinois Xi Jinping, il avait encore dénoncé une «honte pour l’humanité» et réclamé que «quelque chose se passe».

Son chef de la diplomatie Rex Tillerson avait accusé «le régime syrien sous la gouverne du président Bachar al-Assad d’être responsable de cette attaque». La chancelière allemande Angela Merkel a, elle aussi, montré du doigt le «régime d’Assad».

Tillerson a part la suite déclaré en soirée que la Russie a manqué à ses responsabilités en Syrie, mais elle a été avertie à l’avance de la frappe américaine sur une base syrienne pour éviter que ses militaires sur place ne soient touchés.

«Les Russes ont été prévenus à l’avance» de la frappe d’une soixantaine de missiles sur la base aérienne syrienne, via la ligne de communication spéciale établie entre militaires américains et russes pour éviter les incidents en Syrie, a indiqué le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.

Il y a eu de «plusieurs conversations aujourd’hui» sur cette ligne spéciale, a indiqué le porte-parole.

La Russie mène des frappes aériennes depuis la fin septembre 2015 en Syrie, où elle a déployé avions et hélicoptères. Son soutien armé et ses frappes aériennes ont aidé le régime de Bachar Al-Assad à reprendre l’avantage face aux rebelles syriens.

Militaires américains et russes ont établi dès le début du déploiement russe une ligne spéciale de communication pour échanger des informations sur leurs opérations respectives et éviter tout incident dans le ciel syrien entre leurs appareils.

La marine américaine a diffusé des vidéos montrant le lancement de plusieurs missiles de deux des ses destroyers.

 Cliquez sur la fleche pour jouer la video

Share Button

A lire aussi/More from the site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *